Geneviève Gagnon,

femme d’action et d’audace

genevieve_plongé_0788 f

 

Femme et « fille de… » dans un monde d’hommes, innovante dans un domaine conservateur, mère de trois enfants, c’est aussi une bourreau de travail. Depuis son plus jeune âge, elle se fie à son intuition et fonce tête baissée, cumulant les réussites.

Son secret? Elle s’adapte facilement à toute nouvelle situation tout en restant fidèle à elle-même. À force de travail acharné, elle s’est taillé une place bien méritée dans le domaine de la rénovation, et est devenue, à 27 ans, directrice générale du Groupe Yves Gagnon. Il faut dire que Geneviève Gagnon a de qui tenir. C’est la fille d’Yves Gagnon, et président et chef de la direction du Groupe BMR inc.de 1995 à 2015, et président du Groupe Yves Gagnon depuis 1973.

 

Pour la petite histoire

Elle se plaît à dire qu’elle est « tombée dedans quand elle était petite ». Née en 1977, elle a littéralement « grandi dans une cour à bois » puisque la maison familiale se dressait dans la même cour que le commerce de ses parents, Bois de Construction Chénéville inc. Adolescente, elle aime déjà travailler non seulement à la quincaillerie durant les vacances d’été, mais aussi à la ferme où ils ont déménagé quand elle avait 6 ans.

En 1997, durant sa deuxième année à HEC Montréal, elle fait un stage de quatre mois à Copenhague. En mai 1999, elle obtient son bac en gestion financière internationale. En juin, la voilà déjà partie en Afrique du Sud, pour le compte du Ministère des Affaires étrangères, puis à l’automne en Tunisie, où elle doit réaliser une étude de marché pour Panasonic. Rien d’étonnant à ce que, en septembre, alors qu’elle a consacré dans les 35 heures par semaine de travail bénévole à son association étudiante, elle se voit décerner par HEC Montréal, le prestigieux prix Relève Mercure. Ce prix honore le diplômé qui s’est le plus distingué durant l’année, tant au niveau académique que social, culturel et sportif.

En 2000, son père l’envoie « redresser » un de leurs magasins. Devant son succès, elle est engagée par Groupe BMR inc. pour réorganiser et redresser aux quatre coins de la province, certains de leurs magasins. Au printemps 2001, la voilà déjà adjointe à la direction des finances du Groupe BMR inc. À l’automne 2002, « manquant de défis » et enceinte de son premier enfant, elle décide de s’inscrire de nouveau à l’Université de Montréal pour une maîtrise en droit fiscal.

En 2003, alors qu’elle vient d’accoucher de son premier enfant, Justin, elle revient à la direction des finances du Groupe BMR. C’est alors que, au printemps suivant, son père lui propose enfin le poste de directrice générale du Groupe Yves Gagnon. Elle accepte avec joie, comme si tout cela allait de soi. « Ça s’est fait naturellement », dit-elle.

Tout était désormais en place pour que le Groupe Yves Gagnon prenne un nouveau tournant, le tournant vert. Sous sa direction, le groupe continue d’acquérir des quincailleries et des entreprises connexes, de construire et de rénover des magasins que père et fille regroupent toujours sous la bannière BMR. Deux de ces derniers, adoptant une attitude résolument écolo, leur vaudront d’ailleurs en 2013, le prix Cecobois, prix qui reconnaît l’excellence et l’innovation dans la construction non résidentielle en bois, et en 2014, les prix Reconnaissance Hydro-Québec et Mention remis par l’Association Québécoise pour la Maîtrise de l’Énergie.

« Mon père et moi, dit-elle, on se consulte quotidiennement. On n’aime vraiment pas faire du surplace. On a donc acheté, vendu et rénové des magasins, puis construit des magasins verts. On ne veut pas nécessairement grossir, mais s’améliorer. Il nous faut toujours aller chercher quelque chose de nouveau dans ce domaine plutôt conservateur », explique Geneviève Gagnon.

Ainsi, tout en conciliant de plus belle famille et boulot – elle a eu depuis deux autres enfants : Alice et Flavie – Geneviève Gagnon consolide ses acquis et rêve encore de nouveaux défis… Positive jusqu’au bout des ongles, tout ce qu’elle peut nous révéler pour la suite des choses, c’est : « Qui vivra verra! »